LE SOLEIL


Vous vous intéressez à un homme célèbre. Vous allez à la librairie acheter sa biographie, vous rentrez chez vous et commencez à lire. Huit cents pages, le livre ne tient pas dans la main.


Que nous a laissé cet homme ?


Quatre-vingt-douze années parmi nous, et deux progrès historiques pour la société. Autour de ces deux progrès, des centaines d'événements, d'actions, de joies, de créations, de crises, de réalisations. Des rencontres importantes. Parfois, des changements étonnants de direction. Des inspirations nouvelles. Par moments, des retours aux sources. À l'enfance. Et puis ça repart : action, création, construction, recherches.


Un long, très long chemin… Vers quoi au fait ? Les journalistes ont enquêté. Des amis qui le connaissent bien témoignent : au fond, il n'a jamais vraiment changé. Il a toujours cru ceci, voulu cela. Même lorsqu'il nous a semblé s'égarer, c'était encore cela qu'il cherchait, mais ailleurs. En réalité, il n'a jamais quitté cette volonté, ce souhait primordial. Sa vie se confond en quelque sorte avec ce but ; elle est devenue ce but. C'est un peu comme si tout ce qu'il avait fait dans sa vie n'était qu'une illustration variée de cette seule volonté.


D'ailleurs, on dit que cette volonté, il l'avait inscrite sur une médaille qu'il portait à son cou depuis son plus jeune âge. Une sorte de talisman.


Ce talisman, c'est le Soleil. Chacun peut imaginer que sa vie tend vers quelque chose, suit une direction ou une forme générale, au-delà souvent de ce dont il est conscient. On peut appeler cela un but.


Le but permanent de notre vie, celui que notre éventuelle biographie essaiera d'approcher. Notre vie durant, ce but est pour nous par moments conscient et grossièrement formulé, enfoui, parfois perceptible lorsque l'on se retourne sur le chemin parcouru. En général, ce sont les autres qui le voient mieux que nous. Il faut dire que cela émane de chacun sans qu'il s'en rende compte ; c'est un rayonnement. On pourrait dire : c'est sur notre visage. Dans nos gestes. Le ton de notre voix peut-être. Mais non. Cela vient de plus loin. De l'intérieur, sûrement. On ne sait pas trop, mais c'est partout présent.


Le Soleil est un lieu de très grande force. Notre force de vie, ni plus ni moins. Contrecarrer cette dimension chez quiconque, c'est déclencher en lui des réflexes de survie qui, on le sait, peuvent donner lieu à un dégagement de puissance qu'on ne soupçonnait pas. Le Soleil est un très grand pouvoir. Un pouvoir fondateur.


Demandez-vous ce qui vous pousse à faire tout ce que vous faites. Où allez-vous comme cela ? Qu'est-ce qui vous guide ? Vous motive ? D'où vient cette vie que vous portez en vous, et la « couleur » qu'elle prend ?


Pour conquérir ce pouvoir qui est en même temps un but de vie, les héros de la mythologie passent des tests, doivent souvent transgresser ou s'approprier quelque chose : voyez Prométhée, Hercule. C'est dans ces actes qu'ils trouvent finalement la puissance de création dont ils sont porteurs et qui, par leur œuvre, va leur survivre.


Ainsi, le Soleil représente ce que l'on veut laisser derrière soi. C'est un personnage qui travaille dans l'immortalité.


Le Soleil dans le thème, par son signe, renseigne entre autres sur la forme générale que la personne cherche à exprimer tout au long de sa vie. Sur le type de but qu'a sa vie. Comme si elle allait chercher à exprimer ce signe dans tout ce qu'elle fait, à sa manière. La maison où se trouve le Soleil nous montre l'expérience centrale autour de laquelle la personne va avoir tendance à organiser sa vie.


On l'a vu, le Soleil est une sorte de réservoir d'énergie central. Sur Terre, pas de vie sans lui ; en soi, pas de sentiment de vivre pour quelque chose sans cette lanterne.


C'est pourquoi on peut considérer que toutes les autres planètes du thème n'ont d'autre but que de travailler au « chantier » solaire. Ce sont des ministres. À chacun sa tâche, sa spécialité. Il peut même y avoir un chef de gouvernement (le maître de l'Ascendant, souvent). Mais tous travaillent dans les grandes directives solaires.


On peut donc voir dans ce « grand directeur » un Roi. Il y a un Roi en chacun de nous, quelque chose de royal aussi, chez un individu qui marche vers sa vie, vers son domaine.


Le sentiment de « tâche centrale » à accomplir qui est celui du Roi est encore ce qui peut donner lieu au personnage du Héros.


Il y a certaines questions que vous pouvez vous amuser à vous poser pour cerner en vous-même ces « aspirations » solaires.


Quel genre de Roi/Reine feriez-vous ? Quel serait votre style ? Vos vêtements ? Votre attitude envers vos sujets ? Votre mode de comman­dement ? Vos maximes ?


Quel est ou a été votre héros préféré ? Quel était son pouvoir ? À quel genre de créateur aimeriez-vous ressembler ?


Vous a-t-on mis, ou vous êtes-vous trouvé un jour en position de « régner » ? Quel a été votre comportement ?


La plupart du temps, avec ces questions vous sentirez quelque chose du signe de votre Soleil, ainsi que les aspects qu'il fait aux autres pla­nètes.


Raphaël Ibanez





Cette page vous est offerte par :


Enfance & Parentalité

&

l’École Strasbourgeoise d’Astrologie